Hier soir, c'était la course comme souvent au mois de juin: récupérer les enfants à l'école, filer à la gymm pour Mathilde, un crochet par la maison avant le cours de piano de Mélanie pour attraper sa partition, le gâteau au chocolat et les tomates farcies au fromage de chèvre...
Ne croyez pas qu'à chaque cours de piano cette enfant se tape des tomates et des desserts, non, mais juste après nous enchainions sur l'audition de fin d'année.
Nous filons donc au piano, je la dépose sur les chapeaux de roues, repasse par la maison pour confectionner un autre  gâteau demandé pour le cours de français du lendemain, prendre mon appareil photo, je fonce attraper Math à la gymm, embouteillages monstres pour arriver chez les hôtes qui chaque année organisent si gentiment le concert chez eux. Je lance le gâteau sur la table, ainsi que les tomates, et je retrouve quelques parents des années précédentes. On se pose, il fait une temps divin,on est prêt!
Il s'est passé 18 mois depuis le dernier concert chez eux car Mélanie avait eu un moment de crise en mai dernier: Elle souhaitait arrêter le piano: trop de travail disait elle: je ne fais que travailler: en anglais énormément pour rattraper le niveau des autres qui l'étudient depuis le CP, en général en classe car je ne veux pas être perdue, et finalement je n'ai pas assez de temps pour m'amuser, pour lire, pour ne rien faire...Je voudrai faire une pause, et reprendre un peu plus tard quand je me sentirai prête.
Tout se discute, mais j'ai l'habitude d'écouter mes enfants, et j'ai senti qu'elle avait besoin d'un break. Déménagement à un âge un peu difficile, intégration plus compliquée qu'elle ne s'y attendait, pression avec sa sœur dans la même classe, séparation d'avec ses amies de longue date; bref, j'ai dit OK ( très déçue, je le reconnais, mais c'est ainsi dans la vie, on est parfois déçu. Chef de bande extrêmement malheureux btw...) Mélanie a donc pris le téléphone et annoncé à son professeur qu'elle avait besoin de s'arrêter...
Une de mes amies m'a dit: "tu sais, mon fils a un jour pris la même décision, et puis un peu plus tard, il s'y est remis, donc pas de panique, fais lui confiance." Je l'ai écoutée attentivement, et devinez... elle avait raison!
En décembre dernier Mél commence à réaliser que la Sixième n'est pas SI difficile, elle a commencé le hip hop qui lui donne cette heure de "je me défoule" et lui procure un plaisir fou, elle joue, et lit tous les soirs.. et il lui reste du temps pour ne rien faire.. Sauf que ne rien faire.. c'est parfois un peu longuet... Alors Maman, tu sais, je me disais....
Que peut être je me remettrais bien au piano..
Ok, mais si tu t'y remets c'est du sérieux, tu ne peux pas changer d'avis comme de chemise, et traiter ton professeur avec désinvolture. Prends du temps pour bien RÉFLÉCHIR... Trois mois plus tard, je rappelle notre belle bulgare, et lui demande si elle serait prête à reprendre Mel parmi ses étudiants.
Je me dois de vous décrire cette créature absolument sublime: grande, mince, les yeux d'un bleu d'acier, professeur de violon ET de piano, parle bulgare bien sûr, mais aussi anglais et allemand, toujours de bonne humeur, souriante, avec cet accent inimitable. Une vraie perle. Mélanie s'entend très bien avec elle depuis notre arrivée ici.
Miracle, elle accepte de reprendre Mélanie, les créneaux qui lui restent conviennent parfaitement, et hop on reprend là où l'on s'était arrêté, avec un plus non négligeable: je n'ai plus besoin d'assister au cours... je peux lire dans une autre pièce!!
Je suis ravie car cela me donne encore l'occasion de rattraper mon retard en lecture si nécessaire.
Donc hier soir, bilan de ces 6 derniers mois de travail, et le plaisir formidable de redécouvrir ces enfants perdus de vue depuis 18 mois et qui ont fait d'énormes progrès! 

FKF2010concert_mel_008
La performance de Mélanie n'a pas été celle de ses rêves, face à un piano électrique sans pédales elle et quelques autres jeunes pianistes ont eu du mal à s'y retrouver, ajoutons une pincée de stress, mais le plaisir était présent et c'est là l'essentiel.
Ensuite on a pu passer un peu de temps avec les autres enfants, les parents,  rattraper le temps, grignoter par ci par là,soigner une petite fille qui s'était tordu le bras.. catastrophe pour une violoniste, mettre de la glace, chercher de l'arnica, rassurer la maman, organiser le retour chez elle... et nous en retourner chez nous point trop tard car les vacances ce n'est pas encore pour tout de suite!